Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Reprise de la Saison du Ciné Club jeudi 4 octobre !

Publié le

Nous sommes heureux de vous proposer ci-dessous l'ensemble de nos choix et de nos coups de coeur pour la saison 2018-2019 !

Et ce jeudi 4 octobre à 20 h 30, au cinéma Delta, nous débutons avec FRIC-FRAC, une comédie française de 1939 !

À Paris, Marcel (Fernandel), un brave garçon, est l'un des employés de la bijouterie Mercandieu. Un dimanche après-midi, Marcel fait la connaissance d'un couple exubérant aux allures plutôt canailles : Jo (Michel Simon), délinquant à la petite semaine, et son associée, l'aguichante Loulou (Arletty) dont il tombe immédiatement sous le charme ravageur. Mais voilà que Tintin, l'homme de Loulou qui fait un séjour en prison, a besoin d'argent. Loulou ambitionne alors de faire un « fric-frac » chez le bijoutier Mercandieu et utilise ses appas pour extorquer des informations au naïf Marcel...

Numéros de cabotinages

FRIC-FRAC réunit trois acteurs au jeu particulièrement démonstratif, et ce dans des rôles où ils font des merveilles. Arletty use d'une répartie illimitée, combinant verbe haut, charme et gouaille. Fernandel, emprunt d'une naïveté sans commune mesure, fait figure de sentimental chevaleresque. Quant à Michel Simon, sorte de synthèse des deux autres, le comédien est un peu tout à la fois. Tout l'humour du film repose d'ailleurs sur le choc entre leurs personnages. En découlent de savoureux dialogues !

Faux-semblants 

Même si cela ne se sent pas du tout à l'écran, Michel Simon et Fernadel ne se sont pas du tout entendus sur le tournage de FRIC-FRAC. Les deux acteurs étaient en effet en rivalité et le fait que Michel Simon s'adonne régulièrement à l'improvisation n'a pas arrangé les choses. Arletty a même dû régulièrement jouer les réconciliatrices pour apaiser les conflits. Après cette expérience, les deux hommes n'ont plus jamais travaillé ensemble...

Partager cet article

Repost0

Ce fut une belle Conférence !

Publié le

Ce fut une belle Conférence !

Le public, venu nombreux pour assister samedi 29 septembre à la conférence de Benoit Basirico  "Musique et Cinéma : mariage du siècle ?", a été happé par sa faconde et conquis par la pertinence du choix des films qui illustraient son propos. 

Un tonnerre d'applaudissements (justifiés !) a salué cette prestation de haute qualité ; puis les questions très pertinentes du public sont venues démontrer tout l'intérêt qui avait été porté durant ce monologue parfaitement documenté.

Beaucoup sont repartis en se disant qu'ils seraient encore plus attentifs désormais à la place primordiale qu'occupe la musique au sein des films...

Un verre de l'amitié a clôturé ce très bon moment !

Partager cet article

Repost0

Samedi 29 septembre à 17 h Conférence Musique et Cinéma

Publié le

Samedi 29 septembre à 17 h Conférence Musique et Cinéma

Cette conférence, proposée par votre Ciné Club, est soutenue par le Conseil Départemental du Cantal et en partenariat  avec la ville de Saint-Flour, le RERS et la Samha.

Elle aura lieu le samedi 29 septembre à 17 h à la Salle des Jacobins à Saint-Flour.                 Entrée libre et gratuite

Spécialiste de la musique au cinéma, Benoit Basirico est fondateur du site Cinezik.fr dédié à la musique de film, chargé de cours à l'Ecole des Arts de la Sorbonne, animateur et programmateur de l'émission B.O Hebdo sur Aligre FM (en replay sur Cinezik), animateur et concepteur de nombreuses rencontres et conférences autour de la musique à l’écran (Festival de Cannes, Premiers Plans d'Angers, Aubagne, Brive, Tubingen, Beyrouth, Agen…), responsable des interventions lors de la résidence TRIO initiée par la Maison du film court, co-auteur de l'ouvrage "Musique & Cinéma, le mariage du siècle" dirigé par NT Binh (Actes Sud), rédacteur de la rubrique "Vibrations" dans la revue La Septième Obsession.

 

Musique et cinéma : Le mariage du siècle ?

Qu'est-ce qu'une bonne musique de film ? Doit-elle se faire entendre ou se faire oublier ? Est-elle seulement au service de l'image, ou a-t-elle une identité propre ? A quel moment intervient le compositeur et comment collabore-t-il avec le réalisateur ou le producteur ? De Fantasia à Psychose, des comédies musicales aux westerns italiens, de la Nouvelle Vague aux documentaires rock, de l'accompagnement de films muets aux chansons "tubes" écrites pour le cinéma, en passant par Stanley Kubrick et Mission impossible, un livre passionnant !

 

Partager cet article

Repost0

Jeudi 13 septembre = Conférence "ART CONTEMPORAIN et CINEMA"

Publié le

DAGYDE d'après Nosferatu

DAGYDE d'après Nosferatu

Conférence dans le cadre de la Biennale Chemin d'art =

"Art Contemporain et Cinéma, Regards Croisés"

 par Eric Vassal, plasticien


En partenariat avec la SAMHA.

Conférence sur le dialogue intime qui a existé et qui existe toujours entre l’art contemporain et le cinéma, de l’influence de l’un sur l’autre ainsi que du rayonnement des arts plastiques sur le 7e art. Seront abordées notamment les carrières des réalisateurs David Lynch, Peter Greenaway, Tim Burton, Georges Méliès ou encore Jean Cocteau, tous influencés par la diversité artistique.
 

Gratuit – Informations : 04 71 60 22 50

SAINT-FLOUR , théâtre le Rex de 19 h à 20 h 

 

DAGYDE d'après Liberty

DAGYDE d'après Liberty

Extraits de la Préface de l'exposition de photos réalisées par Eric Vassal à Villefranche sur Saône en septembre - octobre 2017


A l’occasion de la préparation de cette exposition, 24 images secondes, « un hommage au cinéma », je ne peux m’empêcher de songer à ces nombreuses années passées dans la pénombre de la cinémathèque du Palais de Chaillot à Paris,  lieu mythique de l’histoire du cinéma, croisant la silhouette imposante d’Henri Langlois ou discutant avec Michael Powell après la diffusion de son film Peeping Tom.

Mes oeuvres sont réalisées en ayant recours à des captures d’écran. Après une intervention informatique, les images sont « réécrites » par un travail direct sur la photographie. Des épingles sont disposées afin de mettre en évidence certains éléments de la scène. La photo passe alors de deux dimensions à trois dimensions, procédé inverse du cinéma, qui part d’une réalité en trois dimensions afin de la transposer en deux dimensions.

Le cinéma est une oeuvre de fiction qui s’attache à réinventer une réalité existante, à mon tour, j’interviens sur cette fiction afin de créer une nouvelle interprétation d’une réalité déjà transfigurée, transmutée par le cinéma. Naît alors, une mise en abîme, révélatrice du lien étroit qui existe entre réalité et fiction.

l'intégralité de la préface ici

Partager cet article

Repost0