REFLEXIONS D'UN DE NOS ADHERENTS, CINEPHILE AVERTI

Publié le

D'un écran l'autre

Tout le monde connaît - croit connaître - par coeur ses films favoris, pour en avoir visionné chez soi le DVD, souvent à plusieurs reprises. C’est comme ça que, pour l’avoir vu une bonne douzaine de fois sur le petit écran, je pensais avoir apprécié Fric-Frac en détail et jusque dans les coins. C’est dire que c’est plutôt par habitude que par enthousiasme que je me suis rendu ce 4 octobre au Delta et au Ciné-club réunis.
 
Je suis sorti de cette projection bien étonné : je n’avais pas vu le film que je connaissais. Au-delà d’une vague impression de déjà vu, me sont apparus grâce au grand écran un tas de détails insoupçonnés, qui ont complètement changé l’approche que j’en avais. Une très belle soirée, en somme, me permettant de découvrir et de savourer pleinement cette comédie comme si c’était pour la première fois.
 
Conclusion : le cinéma doit être vu dans les conditions pour lesquelles il a été conçu. D'abord sur un grand écran. Ensuite dans un lieu qui ne soit pas celui de la vie quotidienne, car son but est l’évasion du spectateur en même temps que sa réflexion. Enfin, en la compagnie spontanément communicative d’autres gens, connus ou inconnus (voire méconnus), et surtout pas tout seul dans son coin.
 
Moralité : avoir déjà vu une oeuvre cinématographique sur un petit écran ne devrait jamais inciter à se passer du grand quand l’occasion se présente. Profitez ! Le cinéma est fait pour ça.

Votre ciné-club aussi.

 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article