Jeudi 5 avril = Ciné Club (ouvert à tous)

Publié le

Jeudi 5 avril = Ciné Club                          (ouvert à tous)

Six histoires mordantes sur l'Argentine d'aujourd'hui, où les personnages sont confrontés à des situations qui leur font perdre leurs repères = Dans un avion, deux passagers découvrent qu'ils ont une connaissance en commun ; au restaurant, la serveuse reconnaît un courtier qui a provoqué la ruine de son père ; deux automobilistes s'insultent sur la route ; un père de famille dont la voiture part en fourrière se rebelle ; le fils d'une riche famille renverse une femme enceinte alors qu'il est au volant ; le jour de son mariage, une femme découvre que son mari l'a trompée avec une femme présente à la cérémonie...

Ecrit et mis en scène par le réalisateur argentin Damian Szifron, ce film à sketches déploie une férocité et un humour noir réjouissants qui nous venge contre tous les imbéciles qui nous pourrissent la vie

Apprendre l’infidélité de son mari le jour de son mariage, essuyer une énième brimade d’un fonctionnaire blasé, sauver la face devant un automobiliste provocant… Les personnages que cette comédie met en scène ont décidé de ne plus se laisser marcher sur les pieds.

 Abandonnant tout comportement civilisé, ils se révèlent violents envers leurs congénères et mués par l’énergie du désespoir. L’ingéniosité du film repose surtout sur ses situations invraisemblables et sur une galerie d’acteurs au diapason.  

Si chaque sketch raconte une histoire différente, c’est bien sûr un portrait en creux du peuple argentin que dresse le réalisateur. Un peuple au bord de la crise de nerf, où sévissent encore la corruption et l’absurdité bureaucratique. L’humour y est féroce, outrancier, salvateur, avec d’énormes chutes de tension entre deux fous-rires. 

Impla­cable comme la fatalité en marche...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article